Soupe de concombre

Tout le monde connait la célèbre soupe froide espagnole, le gaspacho. Un subtile mélange de légumes gorgés de soleil. Ce sont des paysans andalous qui ont inventé cette recette, dans cette région du sud de l’Espagne où la chaleur atteint des sommets en saison estivale.

Loin de la recette du gaspacho où la tomate est reine, je vous propose une recette de soupe froide express et simplissime à base concombre uniquement, tout aussi rafraîchissante et légère.

Pour 4 verrines, il me faut :

  • 1 concombre
  • 1 fromage blanc individuel
  • 1 demi cuiller à café de sauce soja aux champignons (en épicerie asiatique)
  • pour le décor : une pincée de paprika et quelques brins de ciboulette

Dans une jatte, mettre le concombre, le fromage blanc et réduire en purée à l’aide d’un mixeur plongeant. Ajouter ensuite la sauce soja. Bien mixer. 

Disposer dans des verrines et décorer avec le paprika et la ciboulette ciselée.

À servir très frais, accompagné de gressins  ou de petites tartines légèrement imprégnées d’huile d’olive et frottées à l’ail et à la tomate pour rester dans l’ambiance espagnole ! 

Wok tourangeau

Par un sombre midi tourangeau (et oui, l’été ne semble pas être arrivé jusqu’aux rives ligériennes), Comté et moi (accompagné d’un futur étudiant très spécial) avons décidé de tester un nouveau concept fraîchement débarqué dans le vieux quartier de la capitale des Turons.

Bienvenue au Wazawok ! Un nouveau « fast-food » de nouilles chinoises. Le concept est simple. À l’instar des chaînes telles que Mezzo Pasta et autres, Wazawok sert dans des petites boîtes des nouilles chinoises ou du riz sautés au wok que l’on peut accompagner d’une garniture (boeuf, crevette, légumes, porc, poulet ou canard) et d’une sauce au choix (aigre-douce, curry, …).

Les plats sont préparés devant nous, avec une cuisson minute. L’avantage : la rapidité. En une minute, mes nouilles étaient sur mon plateau.

L’ambiance est agréable et les prix tout à fait raisonnables. Pour 5 euros, mon plateau se composait d’une boîte de nouilles et d’une boisson. Les sauces, d’inspiration asiatique, relèvent le goût des nouilles. Les garnitures sont simples mais ont le mérite d’apporter de la consistance à l’ensemble. 

Dommage, cependant, que la salle intérieure ne puisse pas accueillir beaucoup de clients.

Un concept plutôt agréable qui permet de changer et de manger sur le pouce pour un prix assez raisonnable.

Poisson au lait de coco

Le lait de coco est devenu depuis quelques temps un incontournable de nos celliers. Pour les plus courageux d’entre vous, vous pouvez l’obtenir en rappant la pulpe de la noix de coco très finement. Il suffit ensuite d’ajouter de l’eau (bouillante ou non selon les recettes) et de presser le mélange dans un tissu afin d’obtenir le maximum de liquide. Pour ma part, je l’achète en boîte de conserve ou en briquette. Il existe aussi sous forme de poudre à réhydrater, mais après un petit tour sur Internet, la plupart des cuisinautes ne le recommande pas, jugeant sa saveur trop artificielle.

On retrouve le lait de coco dans la cuisine sud-asiatique mais aussi dans la cuisine des îles ou au Brésil, aussi bien dans des plats sucrés que salés.

Aujourd’hui, je vous propose une recette toute simple mais très savoureuse de poisson au lait de coco. 

Pour des saveurs exotiques, suivez le guide !

Pour 6 personnes, il me faut : 

  • 6 filets de poisson blanc (frais ou surgelés). Personnellement, j’utilise du colin.
  • 1 oignon moyen
  • 1 boîte de lait de coco (250 ou 400 ml selon le nombre de filets)
  • 1 cuiller à soupe de sauce soja
  • 2 pointes de couteau de curry
  • 1 cuiller à soupe d’huile de tournesol
  • poivre
Commencer par émincer l’oignon très finement. Le mettre à dorer dans l’huile. Détailler ensuite les filets de poisson en morceaux de taille semblable pour qu’ils cuisent harmonieusement. 
Ajouter le poisson dans la sauteuse puis le lait de coco, le curry, la sauce soja et un tour de moulin à poivre.
Laisser mijoter sur feu doux une petite quinzaine de minutes, en fonction de la taille de vos morceaux de poissons.
On peut également ajouter à son goût du piment de Cayenne ou mon préféré, le piment d’Espelette.
Selon les envies, une fondue de poireaux, du riz blanc ou des galettes de quinoa sont délicieuses (vous trouverez la recette ici). 
Bon appétit !

Meringues

Vous les connaissez : croustillantes à l’extérieur, fondantes à l’intérieur, terriblement délicieuses. Ce sont les meringues ! Voici une recette tout simple. À essayer absolument !

 

Pour une trentaine de petites meringues, il me faut :

  • 4 blancs d’œuf
  • 125 g de sucre semoule
  • 125 g de sucre glace
  • quelques gouttes de vinaigre de vin.

Mettre le four à préchauffer à 100°C.

Commencer par battre les blancs d’œuf en neige très ferme. Plus les blancs d’œuf sont fermes, plus les meringues seront réussies. Ajouter ensuite progressivement le mélange des deux sucres tout en continuant à battre les œufs.  Après avoir tout incorporer, ajouter les quelques gouttes de vinaigre de vin.

Former sur une plaque les meringues et enfourner pendant 15 minutes. Éteindre le four et les laisser encore cuire pendant au moins 1h30.

Il ne reste plus qu’à déguster, accompagner d’un café par exemple ! Bon appétit !

Bretzels carotte, tomates séchées et thon.

On connait tous les bretzels secs que l’on mange à l’apéritif. Voici un recette délicieuse de ces petites merveilles moelleuses et goûteuses à souhait. On peut les déguster à l’apéritif, accompagnés d’une salade de tomates et basilic ou encore tartinés de fromage frais.
Pour 12 bretzels, il me faut :

  • 500 g de farine
  • 7 g de levure
  • 400 ml d’eau tiède
  • 1 cuiller à café de sel
  • 1 cuiller à soupe d’huile
  • 10 g de sucre de canne
  • 1 litre d’eau bouillante
  • 80g de bicarbonate de soude
  • 1 carotte
  • 5 tomates séchées
  • 125 g de thon

Préparation :

Commencer par délayer la levure dans l’eau tiède. Ajouter ensuite le sucre puis le sel.

Dans un saladier, mettre la farine ainsi que l’huile. Verser progressivement le mélanger eau/levure/sel/sucre. À l’aide d’une cuiller en bois, incorporer délicatement.

Malaxer jusqu’à obtenir une pâte lisse et souple. Mettre à reposer à couvert pendant au minimum une heure.

Au bout d’une heure, incorporer la carotte découpée en dés, les tomates séchées ainsi que le thon. Former un long boudin et le diviser en 12 portions égales. Préchauffer le four à 180°C.

Travailler chacune des portions pour lui donner la forme d’un bretzel. Pour cela, il suffit de faire des boudins d’une trentaine de centimètres, de les disposer en « U », de croiser deux fois les extrémités puis de les rabattre sur la base.

Dans un saladier, verser un litre d’eau bouillante et ajouter le bicarbonate de soude. Plonger pendant deux ou trois secondes les bretzels dans ce bain et les disposer sur une plaque de papier sulfurisé.

Mettre les bretzels au four pendant environ 10 à 12 minutes selon le four.

Astuces :

Juste avant d’enfourner, il est aussi possible de saupoudrer les bretzels avec des graines de pavot ou de sésame. Un vrai régal !

On peut également essayer d’autres associations, comme poulet/thym, chèvre/ciboulette, chèvre/mozzarella, …

Cocktail Soleil du Sud

Pour accompagner les antipasti d’aubergines de la recette précédente, je vous propose un petit cocktail sans alcool très rafraîchissant.

Pour 8 personnes, il me faut :

  • 1 litre de jus de pamplemousse rose.
  • 1 litre de limonade.
  • 25 cl de sirop de grenadine.

Pour la réalisation, rien de plus simple :

Dans un grand pichet, verser la limonade, le jus de pamplemousse et le sirop de grenadine.
Mettre au frais pendant au moins 30 minutes.

Astuces :

Pour plus de saveur, on peut aussi ajouter des framboises ou des cerises fraîches ou congelées dans le mélange.
On peut aussi remplacer la grenadine par du sirop d’airelles.

A déguster bien frais, entouré d’amis !

Antipasti d’aubergines

Après de (trop) nombreuses semaines loin de la cuisine pour cause de préparation de concours, me voici enfin reprenant le chemin des casseroles, poêles et autres moules à tarte.

Avec l’été qui s’installe, rien de mieux que de prendre l’apéritif en terrasse, entouré d’amis. Avec tous les légumes présents sur les étals, c’est un véritable bonheur que de préparer des petits plats rapides et simples qui font le bonheur de tous.

Aujourd’hui, j’ai décidé de préparer des antipasti d’aubergines où se mêlent oignons, tomates et herbes de Provence. De quoi se sentir en vacances avant l’heure !

Pour réaliser 5 pots à confiture, il me faut :

  • 1 kg d’aubergines
  • 3 gros oignons
  • 4 tomates
  • 1 cuiller à soupe de concentré de tomates
  • 10 cl d’eau
  • 2 cuillers à soupe d’huile de tournesol
  • herbes de Provence
  • sel, poivre, piment d’Espelette (au goût)

Commencer par découper les aubergines avec la peau en tronçon de 6 cm environ. Les trancher ensuite en petits bâtonnets. Les faire revenir par portion dans l’huile de tournesol environ 8 à 10 minutes dans une sauteuse, jusqu’à obtenir des morceaux bien tendres. Les réserver dans un saladier.

Faire revenir les oignons émincés dans un peu d’huile pendant environ 6 à 8 minutes. Ajouter en fin de cuisson les tomates épépinées et coupées en petits cubes. Prolonger la cuisson de 5 minutes.

Ajouter ensuite le concentré de tomates, l’eau, le sel, le poivre, les herbes de Provence et enfin les aubergines réservées. Poursuivre la cuisson encore une petite dizaine de minutes.

Il suffit ensuite de mettre cette préparation dans des pots en verre, préalablement lavés. Stériliser ensuite les bocaux pendant 30 minutes.

Cette préparation est à déguster accompagnée de tranches de pain de campagne légèrement grillées.


Macarons à la crème de citron.

Il suffit de se promener dans les rues de nos villes pour se rendre compte à quel point le macaron est LA petite gourmandise à la mode. Voici une recette pour se régaler à domicile, en toutes circonstances :


Pour une quinzaine de macarons, il me faut :

  • 3 blancs d’oeuf
  • 65 g de de sucre semoule
  • 1 pincée de sel
  • 145 g d’amandes en poudre
  • 190 g de sucre glace
  •  

Tamiser le sucre et la poudre d’amandes. Dans un saladier, monter les blancs en neige avec une pincée de sel. Y incorporer délicatement le sucre en poudre. Ajouter délicatement le mélange poudreux (sucre glace et amandes en poudre) dans les blancs montés.

Macaronner la pâte, c’est-à-dire faire retomber l’appareil pour qu’il ait une texture plastique et brillante. Ajouter éventuellement les colorants (personnellement, je n’en mets pas).

Dresser les macarons avec une poche à douille sur la plaque du four munie d’une feuille de papier-cuisson. Attention à bien laisser de la place entre les macarons.

Préchauffer le four à 50°C, enfourner les macarons pendant environ 15 minutes afin qu’une fine croûte se forme sur le dessus. Préchauffer ensuite le four à 145°C, enfourner de nouveau les macarons pendant 8 à 10 minutes.

A la sortie du four, verser de l’eau entre la feuille et la plaque pour décoller les macarons.


Pour la crème de citron, il me faut :

  • 40 g de farine
  • 170 g de sucre en poudre
  • une pincée de sel
  • 1/4 de litre d’eau bouillante
  • 10 cl de jus de citron
  • 3 jaunes d’oeuf
  • une noix de beurre
  •  

Dans une casserole, mettre la farine, le sucre en poudre et une pincée de sel. Ajouter l’eau bouillante. Remuer vivement et faire bouillir pendant 10 minutes environ sans cesser de remuer.

Ajouter ensuite le jus de citron, les 3 jaunes d’oeuf, la noix de beurre. Laisser sur feu doux pendant encore quelques minutes.

Avant de dresser les macarons, bien laisser refroidir la préparation. Pour ne pas que la préparation ne fasse une croûte en refroidissant, mettre un film alimentaire au contact de la crème de citron.

Et voilà le résultat : (la photo n’est pas terrible mais c’est tout ce que j’ai pu faire avant qu’une tornade de mains ne s’abatte sur les macarons ! 🙂

 


Un délice, non ?

Petits cakes au mascarpone et à la ciboulette

Une petite recette facile et rapide, qui me trottait dans la tête lundi matin, alors que j’emballais des coulommiers de saison à la ciboulette (en passant un peu de pub pour les fromages de Rodolphe le Meunier…).

Pour 12 petits cakes, il me faut :

     

  • 200 g de farine
  • 5 œufs
  • 50 g de beurre
  • 4 cuillers à soupe de lait
  • 1 sachet de levure
  • sel, poivre.
  • 200 g de mascarpone
  • ciboulette (fraîche c’est mieux :))
  •  


Dans un saladier, mélanger les œufs et le lait. Ajouter la farine et la levure, puis le beurre fondu. Saler et poivrer.

Mettre la préparation dans des petits moules, et hop, au four pendant 10 minutes à 220° (th. 7-8), puis 10 minutes à 180° (th. 6).

Pendant que les petits cakes cui-cuisent, mélanger le mascarpone avec la ciboulette. Personnellement, je n’ai pas salé et poivré, car je l’avais déjà fait pour la pâte.

Quand les petits cakes sont cuits, les ouvrir en deux, et tartiner généreusement du mélange mascarpone-ciboulette.

Voilà, c’est prêt, c’est frais !

     

     

     

Nouilles sautées.

Quand on a une petite faim, pas envie de cuisiner ou peu de temps pour le faire, cuisiner des nouilles chinoises sautées est un vrai plaisir. Il suffit de jeter quelques ingrédients dans le wok et c’est parti !

 

Pour 4 personnes, il me faut :

     

  • 1 paquet de nouilles chinoises (ou 2 selon les faims !)
  • 4 carottes
  • 1 bocal de pousses de bambou
  • 1 boîte de germes de soja
  • 1 boîte de crevettes
  • une poignée de blé germé (je vais bientôt faire un article sur les graines germées)
  • 4 cuillers à soupe de sauce soja
  • 1 cuiller à soupe de vinaigre balsamique
  • 3 cuillers à soupe d’huile de tournesol
  •  

 

Commencer par faire chauffer l’huile dans un wok (ou à défaut une grande poêle) à feu vif. Couper les carottes en petits bâtonnets et les mettre à cuire dans l’huile chaude. Les faire revenir quelques minutes sans baisser le feu. Pendant ce temps, faire gonfler les nouilles dans un grand volume d’eau bouillante.

Dans le wok, rajouter les pousses de bambou et les germes de soja. Faire revenir à feu vif. Ajouter les crevettes, la sauce soja et le vinaigre balsamique.

Égoutter les nouilles et les ajouter au mélange. Bien remuer. Ajouter au dernier moment la poignée de germe de blé et servir aussitôt.



L’avantage de ce genre de plat, c’est que l’on peut mettre absolument tout et n’importe quoi ! Tout dépend de ce qui se trouve dans notre placard !

Bonne appétit !